Palais Rose

LE PALAIS ROSE ou MALRAUX VANDALE




Dans une dernière livraison de l’émission de télévision Des racines et des ailes titrée Les Alpes, côté sud, le nom des Castellane était cité à plusieurs reprises. L’occasion de se souvenir de l’un des représentants les plus connus de cette illustre famille, Boni(face) de Castellane, et de son épouse américaine, Anna Gould. Ensemble ils avaient construit de 1896 à 1902, à Paris, avenue du Bois, devenue avenue Foch, un bâtiment spectaculaire inspiré du Grand Trianon de Versailles, et connu sous le nom de Palais Rose. Les aléas des ventes et successions ont fait qu’en 1966 une autorisation de démolir a été demandée. L’autorisation fut accordée par André Malraux, et la démolition intervint fin 1969. Voilà ce qu’en disait André Fermigier, dans l’article célèbre Alas ! Alas !… du Nouvel Observateur du 3 mars 1969, chapeauté par la phrase Alors qu’on n’a jamais tant parlé de culture, Paris est livré aux vandales :


On va détruire le Palais Rose. Le Palais Rose est ce joli biscuit que l’on voit avenue Foch et qui a été construit avec l’argent Gould à l’intention de Boni de Castellane. Je ne raffole pas du Palais Rose : cette conjonction de deux snobismes également hystériques ne dépasse pas le niveau de l'honnête pastiche. Mais enfin le Palais Rose est le témoignage d’une époque, d'un milieu, celui de Proust, et si on l’abat, que construit-on à sa place? Une horreur (voyez les immeubles voisins), une répugnante résidence où se prélasseront d’affreux richards.

….

Et cela à une époque où l'on ne parle que de culture et où il existe un ministère de principe chargé de conserver notre patrimoine culturel. Alas, Alas ! comme dit Shakespeare dans les très grands moments de deuil et d'oraison sur les décombres. Lorsqu'on voudra bien s'interroger sur les activités de ce ministère, quel bilan !



http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0225_19690303/OBS0225_19690303_036.pdf



Jacques Haussy, octobre 2017